A celui qui m'a fait souffrir

Parce qu’écrire la violence
C’est mieux que de la nourrir en silence

 
Quand je pense à lui,
La rage a remplacé le dépit.
Je deviens agressive et violente
Dans ma tête, des images terrifiantes :

Mes mains à son cou
J’ai tellement de dégoût
Que je pourrai l’étrangler,
L’empêcher de respirer.
Plus un mensonge, plus un souffle
Ne sortirait de sa bouche.

 
Je voudrais le frapper
Cogner, cogner
Sa tête, je la fracasserai
Et je m’arrêterai
Que lorsqu’il se mettra à pleurer
Je le laisserai s’en aller.

Mais s’il croise à nouveau mon chemin
Je crains que ça ne se passe moins bien.
Cette fois, je prendrai une arme

Pour venger mes larmes.
Son front je viserai
Sa tête, je ferai exploser.

 
Je veux voir son sang gicler,
Sa cervelle éclatée
S’envoler de tous côtés
Et j’aurai enfin la paix…

 
En enterrant son corps ce soir
J’enterrerai notre histoire.


VLR3m_28